Bien choisir un sport pour un enfant dyspraxique

Il faut aussi apprendre à ne pas leur dire « non » parce qu’il y a handicap. Certains parents refusent que l’enfant essaye de faire telle ou telle activité sous prétexte qu’elle n’est pas adaptée à son handicap et qu’elle le mettra donc en difficulté.

Oui, certaines activités sont plus adaptées que d’autres pour les dyspraxiques comme par exemple : les activités dans lequel les gestes se répètent. Mais si votre enfant rêve de faire de l’escrime, de la danse, du tir à l’arc… pourquoi l’en empêcher.

On trouve des gens super sympa dans certains clubs de sport, des moniteurs qui une fois avertis du handicap feront attention et permettront à l’enfant de s’épanouir. Bien sûr, cela nécessite de faire le tour des clubs et de prendre le temps de discuter avec la personne qui pourrait être le futur entraîneur de votre enfant. Choisir des petits clubs à ambiance familiale et donc l’objectif n’est pas de préparer les championnats de France.

Certains sports qui ne paraissent pas comme évident pour un dyspraxique les aideront à prendre conscience de l’espace autour d’eux et améliorera aussi leurs habilités psychomotrices : danse, copaeira par exemple.

 

Sources : Dysmoi, le blog des Dys 

LA CANNE ET LA DYSPRAXIE CHEZ L’ENFANT : 
UNE ACTIVITÉ PARFAITEMENT ADAPTÉE

Share This